Les Houillères entre l'État, le marché et la société: Les territoires de la résilience (xviiie - xxie siècles) (Histoire et civilisations) par Sylvie Aprile

Les Houillères entre l'État, le marché et la société: Les territoires de la résilience (xviiie - xxie siècles) (Histoire et civilisations) par Sylvie Aprile

Titre de livre: Les Houillères entre l'État, le marché et la société: Les territoires de la résilience (xviiie - xxie siècles) (Histoire et civilisations)

Auteur: Sylvie Aprile

Broché: 385 pages

Date de sortie: July 6, 2016

Éditeur: Presses Universitaires du Septentrion

Sylvie Aprile avec Les Houillères entre l'État, le marché et la société: Les territoires de la résilience (xviiie - xxie siècles) (Histoire et civilisations)

Les Houillères entre l'État, le marché et la société: Les territoires de la résilience (xviiie - xxie siècles) (Histoire et civilisations) par Sylvie Aprile a été vendu pour £18.99 chaque copie. Le livre publié par Presses Universitaires du Septentrion. Il contient 385 le nombre de pages. Inscrivez-vous maintenant pour accéder à des milliers de livres disponibles en téléchargement gratuit. L’inscription était gratuite.

Les dernières mines françaises de charbon ferment en 1990 dans le Nord-Pas-de-Calais, en 2004 en Lorraine. C'est la fin de la « civilisation du charbon », aux rudes effets économiques et sociaux. Au même moment, émerge pourtant une réflexion innovante qui ambitionne d’inventer le futur des anciens bassins charbonniers. Alors que, pendant plus de 200 ans, le charbon a été la principale source d’énergie et le puissant moteur de la croissance économique à travers le monde, la désindustrialisation progressive des bassins houillers constitue un choc pour les populations comme pour les territoires, souvent traumatisés. Alors même que l’État (central et/ou local), le « marché » et les différents acteurs de la société peinent à retrouver un équilibre leur permettant de jouer pleinement leur rôle. Des initiatives, à toutes les échelles, surgissent et renouvellent le rapport des hommes à leur territoire. Reprenant à leur compte le concept de « rési­lience » popularisé par Boris Cyrulnik, une trentaine de chercheurs en sciences sociales (historiens, géographes, économistes, aménageurs, sociologues, anthropologues, archivistes...) relèvent le défi et font de ces territoires de la mine un terrain d’analyses et d’expériences. Selon les cas, ils examinent les pratiques à l’œuvre dans le passé, dressent le bilan des actions publiques et privées menées avant comme après la fermeture des puits, comparent les situations d’un pays, d’un continent à l’autre, proposant autant de pistes pour l’avenir.