VICES - Épisode 02: Zabulu par Gipsy Paladini

VICES - Épisode 02: Zabulu par Gipsy Paladini

Titre de livre: VICES - Épisode 02: Zabulu

Auteur: Gipsy Paladini

Broché: 229 pages

Date de sortie: October 10, 2018

Gipsy Paladini avec VICES - Épisode 02: Zabulu

VICES - Épisode 02: Zabulu par Gipsy Paladini a été vendu pour EUR 0,99 chaque copie. Il contient 229 le nombre de pages. Inscrivez-vous maintenant pour accéder à des milliers de livres disponibles en téléchargement gratuit. L’inscription était gratuite.

« Un hurlement explose dans sa poitrine quand la lumière jaillit et qu’elle se voit, les mains plongées dans le ventre ouvert de sa mère. Derrière elle, un filet de voix l’appelle. Affalé dans l’ombre, une machette en travers de la gorge, son père tend le bras »




Les 608. Une cité abandonnée, dernier refuge des laissés-pour-compte. Un jeune délinquant disparaît dans des conditions mystérieuses et une vieille dame y est brûlée vive. Bien que les deux affaires ne semblent pas liées, les mêmes ombres cernent les personnes impliquées.
Grâce à la dernière enquête qu’elle a brillamment résolue, l’avenir de Marie à la BJV semble bien engagé. Sa confiance est renforcée par les sentiments toujours plus forts qui l’unissent à Zolan. Seule ombre au tableau : Sophie, sa rancunière collègue, qui ne se conforme pas à cette idylle. Si les destins tragiques des réfugiés la déstabilisent, ce sont les animosités qui bourgeonnent dans la brigade qui l’inquiètent. Zolan est lui aussi tiraillé par les fantômes issus de son adolescence tumultueuse. Chacun à leur manière, ils s’escriment à les contrer.
Mais le destin ne frappe pas toujours là où on l’attend...


VICES est une série littéraire de 8 « épisodes » dont les deux premiers ont été réunis en un ouvrage édité aux éditions Fleuve Noir. On y suit les destins mêlés des membres de la brigade des jeunes victimes confrontés aux maux de notre société moderne.


VICES c’est aussi l’histoire de Marie et de Zolan, deux êtres tourmentés que tout oppose, dont l’amour naissant est sans cesse menacé.




Chroniques de VICES – ouvrage regroupant les épisodes 1 & 2, Editions Fleuve Noir - Novembre 2017


« Une belle originalité parmi les polars » (Aux petits bonheur de Sophie)
« Une belle bouffée d’air frais pour les adeptes de polars/thrillers, car la plume est différente et percutante. Très belle découverte » (Cinquième de couv’)
« Aucun temps mort. Magistral de bout en bout » (Sandpages).
« Entêtant et diablement addictif » (Il est bien ce livre ?)
« Ses personnages, profondément humains, terriblement réels, vont bouleverseront. Noir, violent et magistral ! » (Ma bibliothèque bleue)
« C’est du noir. Du noir du bout de la rue. De ta rue » (les livres d’Elie)
« Gipsy Paladini a cette extraordinaire capacité à nous décrire des choses noires certes, mais empreintes d’humanité et surtout de réalisme. Elle sait nous distiller à la fois de la réflexion, de la profondeur et de réelles leçons humaines à travers sa plume » (Les petites lectures de Maud)
« C’est tout ce que j'aime, pas que du polar mais du roman noir sociétal, les deux pieds dans la glaise, la fange d'un réel sordide! Un immense coup de chapeau à Gipsy Paladini » (Polar Maniac)
« Une maîtrise du noir, point de gris, ni de nuances, tout est sombre, mais au cœur de cette obscurité surgit la plume lumineuse de Gipsy » (Une souris et des livres)
« Gipsy possède un univers atypique, âpre et sombre. Sa plume est aiguisée, tranchante et énergique. Son écriture transpire la rage mais possède une étonnante chaleur. Il suffit de voir l’amour qu’elle porte à ses personnages pour s’en convaincre. (…) Marie, Zolan, Marcus, Amir, Ben, Youssif, Bia, Sophie, Tala… la galerie de personnages est variée et impressionnante. 9 entailles dans ton cœur de lecteurs, 9 balles dans ton barillet de lectrices d’élite » (C’est contagieux)

« Ce personnage (Marie) est épatant : fragile et fort à la fois. Un rapace dans un corps de moineau qui chante comme un corbeau. Lorsqu’elle s’adresse à vous, le sol se rapproche tellement vite que vous finissez le cul parterre sans avoir eu le temps d’ouvrir la bouche. La pertinence de ses mots est deux fois plus efficace qu’un haussement de voix » (Passion romans)